Trouver sa voie pro
Le Match du SiècleL'ExplorationLe Guide PratiqueLe ManifesteDans votre boîte mail
Entreprendre
Le MOOCParcours Entrepreneur
Engager son Organisation
Engagez vos étudiantsCorporate for Change
Témoignages
Les podcastsPortraits d'alumniEspace Alumni
Se mobiliser
Devenir bénévoleRejoindre le mouvement

Comment dépasser sa peur de passer à l'action ?

18/08/2022
Partager

Tu te demandes souvent comment tous ces gens ont trouvé l’énergie de changer de vie ?
Quelles sont les étapes de ce mystérieux processus de reconversion vers plus de sens dans sa vie professionnelle ? Et si dépasser ses peurs était une question de pensée magique ? Comment donner vie à ses aspirations les plus folles ?

On va essayer ensemble de démystifier cette peur de passer à l'action.

Trouver le courage de quitter son boulot quand on est en perte de sens

Passer d'une carrière en fonds d'investissements à co-fondateur d'une startup sociale : voilà l'histoire que te raconte Pablo. Il a co-fondé une plateforme qui vend des produits du quotidien durables et à prix très accessibles, The Trust Society. Il a eu un master en finance et a commencé sa carrière professionnelle en banque d'affaire. Pendant les 2 premières années, ça répondait parfaitement à un besoin personnel qui était "Trouver un boulot qui me permette de bien vivre, qui socialement soit reconnu, et qui soit intéressant intellectuellement." Puis il a eu un déclic, et te partage comment il a eu le courage de donner une orientation totalement différente à sa carrière et ses conseils pour t'aider à passer toi aussi à l'action.

"C'est un processus qui a été long mais qui a été aussi libérateur, le fait de quitter un boulot qui était plus là pour le confort que pour le sens et la satisfaction personnelle."

Pablo nous raconte comment il a basculé d'un quotidien dans la finance vers de l'entrepreneuriat à impact à travers différents apprentissages de sa vie.

1er apprentissage : Se rendre compte que la vie est courte et précieuse

"J'ai une histoire un peu particulière par rapport à ce qu'il s'est passé en novembre 2015 à Paris avec une personne proche de la famille qui a failli y rester dans une salle de concert. A ce moment-là, on a tout son équilibre qui tombe à terre et on se rend compte que tout peut s'arrêter demain. Je me suis alors posé plein de questions dont "Qu'est-ce qui est vraiment important pour moi ?", "Qu'est-ce que j'ai vraiment envie de faire ?".

2ème apprentissage : Observer les incohérences de sa vie et les signaux faibles de son corps

"Il y avait une partie de moi qui était encore dans le confort et le salaire qui tombe tous les mois, et une autre partie qui avait envie de changer, de consommer différemment, et je me rendais compte que c'était pas possible. C'est un moment qui n'est pas facile à gérer car on ne sait pas encore qu'il faut changer, il y a juste une petite partie de soi qui nous le dit à l'intérieur, mais elle n'est pas suffisamment forte pour prendre le dessus sur le confort. C'est à ce moment là que j'ai eu des premiers signes corporels : le coeur qui bat vite, la fatigue après une nuit de 12h. C'est le mental qui veut faire quelque chose et le corps qui n'est pas d'accord. (...) Tous les soirs je me suis mis à prendre 10 minutes pour moi en faisant de la respiration et essayer de m'écouter. Ca a fait une sorte de déclic, je me suis rendu compte que ce que je voulais c'était avoir des rapports humains tous les jours."

3ème apprentissage : Revoir ses modèles de réussite

"Aussi, il faut faire les choses pour soi. En banque d'affaire, les seuls moments où j'étais content professionnellement c'est quand mon boss me disait "Pablo c'est bien ce que t'as fait" mais c'était toujours un bonheur qui venait de l'extérieur. On n'allait pas être valorisé si notre travail était utile, mais s'il était aligné avec ce que son boss ou le client avait demandé de faire. Quand on passe sa journée à satisfaire une personne, au final on ne fait pas ce qui nous plaît. C'est important de faire les choses pour soi et non pas pour avoir la reconnaissance des autres. Quand on les fait pour soi, personne ne va dire si c'est bien ou non, puisqu'on le fait pour soi, il n'y a plus la question de si ça plaît ou pas."

"Mes potes me disaient "Mais qu'est-ce que tu fais un samedi soir à la salle d'escalade ?", mais en fait, de faire les choses pour soi, ça permet d'avoir plein d'énergie. Le lundi matin j'avais encore la pêche parce que j'avais fait un truc juste pour moi et pas pour plaire à quelqu'un d'autre."

4ème apprentissage : S'entourer et s'inspirer avec les bonnes personnes

"Ce qui m'a beaucoup aidé c'est de parler avec des gens qui avaient fait des parcours différents, qui étaient déjà dans l'ESS, des gens qui nous inspirent, qui ont déjà fait le pas et qui font quelque chose qui leur plaît. On voit qu'on est pas tout seul."

Conseil pour gagner du temps : Stop aux tergiversations

"Pas besoin de faire 36 réunions, ce qui compte c'est le passage à l'action ! Plus on fera les choses, plus on gagnera du temps. Quand on réfléchit trop les choses en amont, au final on n'est pas confronté au terrain, alors que si on essaie tout de suite, on est beaucoup plus agile."

Et si tu veux percer tous ses mystères pour passer à l'action, on te propose d'écouter le podcast en entier !

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin dans la définition de tes objectifs, tes aspirations et tes besoins, pour te sentir accompagné dans tes questionnements et faire le plein d'énergie positive, rejoins La Grande Exploration.

Ce sont 3 mois qui débutent par 1 weekend en collectif pour explorer la voie que tu aimerais suivre, suivi d'un accompagnement 100% personnalisé et individuel pour t'aider à passer à l'action !

Et c'est finançable par ton Compte Personnel de Formation (CPF) !

Retour à la page Actus →